bonnie :: parcoeur

anyone can see through me, beyond not anyone.

deprincessed:

Behind The Scenes look at Swedish beauty Frida Gustavsson as she wears sparkling Neo-Tokyo Odyssey lashes and a 60’s white eyeliner swish to create a spellbinding doll-like effect expertly done by professional makeup artist Lisa Eldridge ready for the editorial ‘Seeing Stars’ photographed by Lachlan Bailey for Vogue UK December 2010

“Je ne suis pas très fort en traduction, mais la chanson dit à peu près ça, elle te demande si tu vas mieux, si la vie est plus douce pour toi, si c’est plus facile maintenant, maintenant qu’on a désigné un coupable, elle dit que nous ne formons qu’un toi et moi, mais que nous sommes différents et que nous devons prendre soin l’un de l’autre, elle dit qu’il y a un temps pour pardonner et un temps pour réveiller les morts, elle dit que l’amour fait souffrir, mais que l’on a qu’une seule vie et un seul cœur, un seul sang, elle dit que quand l’amour vous blesse et que l’on ne sent plus que les blessures, c’est qu’il y a encore de l’amour, et qu’il ne faut pas avoir peur de se blesser puisque si rien n’est plus douloureux que d’ouvrir son cœur en deux, rien n’est plus beau ni plus fort, elle dit que l’amour est un temple, que l’amour est la seule loi, elle dit qu’il faut aimer, et qu’il faut être prêt à souffrir pour ça, elle dit qu’il faut recommencer encore et encore, même si ça fait mal, même quand on se sent seul, désemparé, abandonné, elle dit qu’il faut continuer à aimer, jusqu’à ne plus sentir la douleur.”

– Diastème, 107 ans (via ellednorih)